Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

lundi 28 septembre 2015

Voyages au Levant


1542, province de Shinano.


Voilà quelques années déjà que le daimyo Takeda Nobutora a désavoué son premier fils, Harunobu, au profit de son cadet, Ishijo Nobutatsu.

Pendant ses années d'exil, Takeda Harunobu ne resta pas inactif. Après avoir étudié auprès des moines bouddhistes (qui lui conférèrent le nom de Shingen), il tenta de nouer des contacts auprès des généraux de son père afin d'obtenir leur soutien.

Aidé enfin par les moines guerriers qui lui étaient fidèles, Takeda Shingen se sentit assez fort pour attaquer le château de son père dans la province de Shinano. 


Mais l'un de ses généraux félons a avoué la trahison au daimyo, qui va rameuter les dernières troupes loyales du clan Takeda. Général expérimenté, Nobutora dispose ses principales troupes loyales derrière la rivière dorée et offre le commandement de l'aile droite à son fils Ishijo Nobutatsu. Il n'a qu'une confiance modérée en son fils (qui pourrait bien rejoindre son frère) mais l'entoure de troupes de confiance qui ne devraient normalement pas passer à l'ennemi.

Les 15.000 hommes de Shingen (dont 5.000 paysans) sortent de la forêt sous une petite brume de chaleur matinale. Shingen a disposé ses guerriers samourais à droite, sa gauche étant couverte par les paysans et les moines guerriers. De sa position, il peut déjà voir les ashigarus et archers déployés le long de la rivière dorée, ainsi que le Honjin où se trouve son père. Il ne peut que vaguement deviner les troupes de son frère, caché derrière les forêts et collines.
Observant l'armée de Shingen sortant de la forêt, Nobutora ordonne à Nobutatsu d'avancer à droite et de se dévoiler. C'est avec 10 000 hommes que père et fils devront vaincre les insurgés. Les premières troupes de Shingen se déploient enfin en approchant de la rivière dorée sous une pluie de flèches.
La première ligne de guerriers envoyée par Shingen échoue finalement malgré une petite percée, la mort de Yamamoto Kansuke provoquant la retraite de ses troupes déjà fortement ébranlées. Une seconde ligne se déploie : ce sont des guerriers samourais expérimentés et non des ashigarus qui mènent l'attaque...
A droite, c'est l'immobilisme tactique, Nobutatsu n'osant pas encore descendre de sa bonne position. il s'empare néanmoins de la colline au centre, attirant l'attention sur lui.
Excédé du manque d'action de son fils, Nobutora lui envoie un de ses guerriers et lui intime l'ordre d'attaquer sans plus attendre. Nobutatsu obtempère et lance ses ashigarus et des cavaliers sur l'aile gauche ennemie tenue par les paysans couverts par la cavalerie des moines guerriers.
La bataille devient générale. A gauche, les troupes ennemies traversent à nouveau la rivière dorée sous les flèches loyalistes.
Alors que les Ashigarus écrasent les paysans et que la cavalerie prend lentement mais sûrement l'avantage face aux Moines, Ishijo Nobutatsu abandonne une partie de ses troupes sur la colline pour venir couvrir le flanc de son père, dégarni.
Son flanc gauche emporté et une grande partie de ses forces immobilisées par les troupes loyalistes contrôlant la colline centrale, Takeda Shingen lance un ultime assaut, qu'il conduit lui-même. Il ordonne également de prendre la colline au centre à tout prix. C'est alors que les défenseurs loyalistes chargent et provoquent la surprise, profitant du désordre de l'armée ennemie.
Malgré ses prouesses martiales, Shingen ne parvient pas à percer, empêtré au milieu des ashigarus. L'armé de Shingen est détruite. Sa tête sera placée sur une pique, en signe d'avertissement.





Pendant que ces évènements se déroulaient dans nos locaux à Brest, une autre aventure nous conduisait sur les routes de l'Orient. Rien de plus simple : à partir de Brest, les routes mènent (quasiment) toutes vers l'Est.

C'est ainsi que notre club a été invité au neuvième salon du modélisme, organisé par l'Association de modélisme de Ploulec'h (22, près de Lannion). Certes, nous n'avions que 100 Km à parcourir, mais aux yeux d'une figurine de 6 mm, c'est une véritable expédition.

Tous les thèmes du modélisme étaient présent à ce salon que la presse a qualifié d'exceptionnel. A côté de thèmes aussi variés que le modélisme ferroviaire, les reproductions de navires, la représentation d'un pardon au Folgoët... et de nombreux autres thèmes, nous avons présenté notre violon d'Ingres  a un nombreux public, curieux de découvrir cette façon particulière d'aborder le modélisme.

Un village gaulois au bord de la mer assiégé par les Légions, cela vous dit quelque chose ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire