Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 12 décembre 2015

Agnadel, 14 mai 1509



En 1508, Venise prend le contrôle de la Romagne qui dépendait de Rome.  A l'instigation du pape Jules II, la Ligue de Cambrai qui regroupe la France, le Saint Empire, la Hongrie, Florence, Ferrare et l'Espagne rentre en guerre contre la République de Venise.

Le 27 avril 1509, Jules II prononce l'excommunication de Venise. 

Le 9 mai, les Français, qui occupent Milan, traversent l'Adda, Louis XII à leur tête. Les jours de la Sérénissime sont désormais comptés.



L'armée de Venise est commandée par les cousins Orsini, les condotierres Bartolomeo d'Alviano et Noccolò di Pitigliano. Ils ont pour mission d'éviter toute confrontation directe avec les Français et de s'en tenir à des démonstrations et des escarmouches pour harceler l'ennemi. Les Vénitiens sont séparés en deux colonnes séparées de plusieurs kilomètres.

Le 14 mai, Alviano tombe sur l'avant-garde française de l'amiral Charles d'Amboise. Malgré les ordres reçus, Alviano décide de combattre, et attend les Français au Sud d'Alviano. Ses 8.000 hommes sont déployés sur une position favorable en hauteur, elle-même protégée par de nombreux canaux. Les Français sont environ 30.000.

 Face aux Vénitiens au premier plan, l'avant-garde française se déploie
 Les troupes vénitiennes sont composées essentiellement de mercenaires
Les Français se ruent sur les positions vénitiennes...
... mais sont rapidement fixées par l'artillerie ennemie
Sur la gauche, les gendarmes parviennent à peine à mettre les pieds sur le coteaux, alors que les Suisses hésitent à franchir le canal
Sur la droite, les stradiotes vénitiens sont sacrifiés contre leurs trop solides adversaires
 Les Vénitiens tiennent le choc...
 ... alors que se présente le corps de bataille français
 Les Vénitiens, débordés, lâchent peu à peu le terrain
Alviano tentera même de s'enfuir, sans succès

Alviano sera capturé par les Français, avant de mettre son épée au service de la France. Il sera même l'un des principaux artisans de la bataille de Marignan, au même titre que les Vénitiens, désormais alliés. Etrange époque que ce début du XVIème siècle, où les alliances se font et se défont au fil des caprices de l'Histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire