Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

lundi 28 septembre 2015

Voyages au Levant


1542, province de Shinano.


Voilà quelques années déjà que le daimyo Takeda Nobutora a désavoué son premier fils, Harunobu, au profit de son cadet, Ishijo Nobutatsu.

Pendant ses années d'exil, Takeda Harunobu ne resta pas inactif. Après avoir étudié auprès des moines bouddhistes (qui lui conférèrent le nom de Shingen), il tenta de nouer des contacts auprès des généraux de son père afin d'obtenir leur soutien.

Aidé enfin par les moines guerriers qui lui étaient fidèles, Takeda Shingen se sentit assez fort pour attaquer le château de son père dans la province de Shinano. 


Mais l'un de ses généraux félons a avoué la trahison au daimyo, qui va rameuter les dernières troupes loyales du clan Takeda. Général expérimenté, Nobutora dispose ses principales troupes loyales derrière la rivière dorée et offre le commandement de l'aile droite à son fils Ishijo Nobutatsu. Il n'a qu'une confiance modérée en son fils (qui pourrait bien rejoindre son frère) mais l'entoure de troupes de confiance qui ne devraient normalement pas passer à l'ennemi.

Les 15.000 hommes de Shingen (dont 5.000 paysans) sortent de la forêt sous une petite brume de chaleur matinale. Shingen a disposé ses guerriers samourais à droite, sa gauche étant couverte par les paysans et les moines guerriers. De sa position, il peut déjà voir les ashigarus et archers déployés le long de la rivière dorée, ainsi que le Honjin où se trouve son père. Il ne peut que vaguement deviner les troupes de son frère, caché derrière les forêts et collines.
Observant l'armée de Shingen sortant de la forêt, Nobutora ordonne à Nobutatsu d'avancer à droite et de se dévoiler. C'est avec 10 000 hommes que père et fils devront vaincre les insurgés. Les premières troupes de Shingen se déploient enfin en approchant de la rivière dorée sous une pluie de flèches.
La première ligne de guerriers envoyée par Shingen échoue finalement malgré une petite percée, la mort de Yamamoto Kansuke provoquant la retraite de ses troupes déjà fortement ébranlées. Une seconde ligne se déploie : ce sont des guerriers samourais expérimentés et non des ashigarus qui mènent l'attaque...
A droite, c'est l'immobilisme tactique, Nobutatsu n'osant pas encore descendre de sa bonne position. il s'empare néanmoins de la colline au centre, attirant l'attention sur lui.
Excédé du manque d'action de son fils, Nobutora lui envoie un de ses guerriers et lui intime l'ordre d'attaquer sans plus attendre. Nobutatsu obtempère et lance ses ashigarus et des cavaliers sur l'aile gauche ennemie tenue par les paysans couverts par la cavalerie des moines guerriers.
La bataille devient générale. A gauche, les troupes ennemies traversent à nouveau la rivière dorée sous les flèches loyalistes.
Alors que les Ashigarus écrasent les paysans et que la cavalerie prend lentement mais sûrement l'avantage face aux Moines, Ishijo Nobutatsu abandonne une partie de ses troupes sur la colline pour venir couvrir le flanc de son père, dégarni.
Son flanc gauche emporté et une grande partie de ses forces immobilisées par les troupes loyalistes contrôlant la colline centrale, Takeda Shingen lance un ultime assaut, qu'il conduit lui-même. Il ordonne également de prendre la colline au centre à tout prix. C'est alors que les défenseurs loyalistes chargent et provoquent la surprise, profitant du désordre de l'armée ennemie.
Malgré ses prouesses martiales, Shingen ne parvient pas à percer, empêtré au milieu des ashigarus. L'armé de Shingen est détruite. Sa tête sera placée sur une pique, en signe d'avertissement.





Pendant que ces évènements se déroulaient dans nos locaux à Brest, une autre aventure nous conduisait sur les routes de l'Orient. Rien de plus simple : à partir de Brest, les routes mènent (quasiment) toutes vers l'Est.

C'est ainsi que notre club a été invité au neuvième salon du modélisme, organisé par l'Association de modélisme de Ploulec'h (22, près de Lannion). Certes, nous n'avions que 100 Km à parcourir, mais aux yeux d'une figurine de 6 mm, c'est une véritable expédition.

Tous les thèmes du modélisme étaient présent à ce salon que la presse a qualifié d'exceptionnel. A côté de thèmes aussi variés que le modélisme ferroviaire, les reproductions de navires, la représentation d'un pardon au Folgoët... et de nombreux autres thèmes, nous avons présenté notre violon d'Ingres  a un nombreux public, curieux de découvrir cette façon particulière d'aborder le modélisme.

Un village gaulois au bord de la mer assiégé par les Légions, cela vous dit quelque chose ?


lundi 21 septembre 2015

Mars et Hercule


 
Hercule naquit à Lorient, le 5 décembre 1797. Lors de son voyage inaugural qui le menait à Brest, ce 74 canons de la jeune République française est repéré par une division britannique qui faisait le blocus du port du Ponant. L'Hercule est escorté par le 50 canons Hydra.

Nous sommes le 21 avril 1798. Les vaisseaux français tentent de franchir le raz de Sein, poursuivis par le HMS Ramillies (74 canons) et les deux frégates HMS Jason et HMS Undaunted. Le HMS Mars (74 canons) est déjà dans la rade de Brest.

Nous avons présenté ce scénario lors de la seconde édition du Festival des jeux organisé par l'association Troadé, à Plouvorn (Finistère).

Durant deux jours, le public était invité à essayer de nombreux types de jeux (société, adresse, plateau, réflexion, figurines...), découvrir une vingtaine de créateurs et leurs récentes créations ainsi que des éditeurs de jeux.

De notre côté, nous avons présenté plusieurs aspects du jeu d'Histoire, que ce soit sur carte ou avec des figurines. Ainsi, nos visiteurs ont pu se projeter dans les guerres puniques en 15mm (voire en 6mm) et le combat naval.
Mais replongeons dans la Mer d'Iroise...

Le HMS Mars au premier plan, côté Rade ; les deux Français s'approchent du Goulet, poursuivis par les 3 vaisseaux anglais
Malgré un vent contraire, le HMS Ramillies suivi par le HMS Jason tente de rattraper les Français qui embouquent déjà le Goulet de Brest ; à gauche, le HMS Undaunted essaie de se faufiler en longeant la côte nord
Comptant sur leur connaissance de la côte, ces derniers n'hésitent pas à la longer au plus près en empruntant la passe sud, bien plus étroite
Le contact se fait dans le goulet : l'Hercule se place en position pour prendre le HMS Undaunted en enfilade alors qu'il essayait de faire la jonction avec le HMS Mars qui avait mouillé en travers du goulet pour "arroser" les "Froggies"
La frégate française Hydra qui escortait l'Hercule meurt bravement sous les coups répétés du HMS Mars et ... de l'Hercule (qui essayait péniblement de toucher ce dernier) ; derrière, les renforts anglais se rapprochent enfin de la passe sud moins délicate dans la gestion du vent contraire et des canons de l'Hercule.
Le HMS Jason qui a enfin atteint la hauteur de la Cormorandière subit les tirs meurtriers de l'Hercule qui en profite pour s'échapper dans la rade par le sud
 Duel à mort entre l'Hydra et le HMS Undaunted qui se neutraliseront
 Le Hercule parvient à passer, et est pris à partie par le HMS Mars...
 ...et, malgré de lourds dégâts, le Hercule parvient à regagner Brest

Nous avons joué ce scénario d'initiation sur la règle Fighting Sail éditée par Osprey. 
Contrairement à son prédécesseur historique, notre Hercule a pu déjouer le blocus britannique et échapper à la capture. En effet, nous ne cherchons pas à restituer l'Histoire, telle qu'elle s'est véritablement déroulée, mais nous l'utilisons comme un prétexte pour pouvoir y jouer.

lundi 14 septembre 2015

Séthi à Kadesh



Avec l'aide intéressée des Hittites, l'Amurru s'était révolté contre l'Egypte. Le nouveau pharaon Séthi 1er ordonna une expédition militaire afin de récupérer les territoires perdus (au Sud du Liban actuel).

Nous sommes aux alentours de l'an 1290 avant notre ère. L'armée égyptienne s'approche de Kadesh. Une armée hittite marche à sa rencontre.

Au premier plan, les Egyptiens ; en face, les terribles Hittites
L'armée de Séthi : l'infanterie est appuyée par deux ailes de chariots légers
 Les chariots se regroupent vers le centre et provoquent les Hittites
Ces derniers forment la ligne, et attendent les agresseurs
Pendant ce temps, un détachement d'archers part harceler la cité rebelle
 Les chars égyptiens s'approchent, tirent...
 ...et rompent, tant bien que mal, certains étant rattrapés par les chars hittites...
...qui les poursuivent alors, se jetant dans la gueule du crocodile
La ligne hittite, présumant de sa force, fait face...
 ...et se décompose face aux insaisissables chars légers égyptiens
La ville, quant à elle, parvient à repousser ses agresseurs...
... mais le prince hittite finit par succomber

L'armée hittite est défaite sous les murs de Kadesh qu'elle venait secourir. La ville n'aura d'autre choix que de se soumettre de nouveau à l'autorité de Pharaon.

Quelques années plus tard, c'est une autre Kadesh, située sur l'Oronte, qui sera défaite par le fils de Séthi 1er : Ramsès II. Mais cela est une autre histoire.

dimanche 6 septembre 2015

Le Héron et la Hallebarde

Ils étaient neuf navires partis ravitailler Malte. Escorté par la Force H de l'amiral Somerville, le convoi de l'opération Halberd, parti d'Angleterre 10 jours plus tôt, était au Sud de la Sicile.


Nous sommes le 27 septembre 1941. Les forces italiennes décident d'intercepter et de détruire le convoi afin de soumettre l'ile rebelle.

Un hydravion de reconnaissance Cant Z.560 "airone" (le Héron) ouvre la voie aux bombardiers-torpilleurs du Duce.

Les lourds SM79 et leur escorte n'ont pas encore repéré le convoi...
...mais les "Hurricane" basés à Malte se montrent déjà
Les premiers échanges entre chasseurs sont favorables aux Italiens
...mais les "Hurricane" ignorent leurs adversaires...
...et se ruent sur les bombardiers, qui constituent le véritable objectif de leur mission
 Ils sont rapidement rejoints par les "Fulmar" du HMS Ark Royal
En avant de la force, l'hydravion de reconnaissance est aux prises avec un "Hurricane"
 Cette action distrait deux chasseurs italiens, alors que le convoi est en vue
 Privés de leur escorte, les bombardiers italiens sont assaillis de toute part...
...et il est trop tard : le carnage a commencé 
 Ayant accompli sa mission, l'hydravion fait demi-tour, alors que les bombardiers sont encore au loin
D'ailleurs, les cieux resteront définitivement anglais cette fois

Aucun bombardier ne pourra inquiéter le convoi, qui arrivera sans peine à La Valette avec 81.000 tonnes d'équipements et de vivres. Dans la lutte qui s'engage contre l'Axe, Malte reste donc une place essentielle pour le contrôle de la Méditerranée. Mais cela est une autre histoire...