Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 14 janvier 2017

Révolte à Tarente

Tarente luttait encore et toujours pour son indépendance. L'aide fournie par Pyrrhus soixante-dix ans plus tôt n'avait en fait que retardé l'échéance : Rome régnait désormais en maître dans la plus importante cité de la Grande Grèce.

Devant l'hostilité permanente de la population, et afin de prévenir le ralliement de la cité à Hannibal, Rome avait pris des otages en -213. Mais ces derniers s'évadèrent ; ils furent repris, et précipités du haut de la Roche Tarpéienne. Ce fut le signal de la révolte : les Tarentins, appuyés par les troupes carthaginoises, chassèrent les Romains qui se réfugièrent dans la forteresse située à l'entrée du port. Ils pouvaient ainsi en bloquer l'accès, et interdire la sortie des navires tarentins, à moins qu'ils ne passent par la terre... ce qui fut fait.


Democratès, commandant la flotte tarentine, pouvait alors interdire le ravitaillement du fort par la mer. Les Romains étaient piégés.

Devant cet affront, le consul Marcus Claudius Marcellus ordonna de préparer à Rhégium un convoi maritime pour ravitailler la garnison affamée.

Mais Rome ne disposait pas de flotte disponible pour l'escorter, et confia le convoi à un aventurier de "naissance obscure" du nom de Decimus Quinctius, qui possédait deux trirèmes et trois autres navires plus petits, auxquels les Romains ajoutèrent 3 quinquérèmes et des galères réquisitionnées dans les ports du Sud de l'Italie. Quinctius disposait ainsi de vingt unités. La flotte tarentine se compose d'un même nombre de navires.

La rencontre a lieu à une quinzaine de milles à l'Ouest de Tarente.

La flotte romaine découvre le barrage ennemi
Les transports, peu manœuvrants, sont au centre du dispositif
Les Tarentins engagent les hostilités, se focalisant sur l'escorte
Ici, pas d'abordage, l'éperon est roi...
... et ne pardonne pas
 Les voiliers romains tentent de changer leur route afin d'éviter les galères ennemies
Trop lents, ils sont contactés par les galères tarentines qui se ruent sur eux
 Les puissantes quinquérèmes sont trop éloignées pour réagir...
...alors que les combats font rage au centre...
...et que les Tarentins paient le prix de leur insolence
Le navire de Decimus Quinctius est attaqué, et pris
Le carnage est général...
...et la mer est couverte de débris
Rares sont les transports romains qui parviennent à s'enfuir

Tarente a triomphé sur mer, pour cette fois. Dans un an, elle sera romaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire