Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

mardi 21 février 2017

Métaure, le rendez-vous compromis






Hasdrubal, est le fils du général carthaginois  Hamilcar Barca, et donc le frère de Hannibal. Après avoir échappé aux Romains en Espagne, il réunit une puissante armée et part rejoindre son glorieux ainé.


Quand il franchit les Alpes, Hasdrubal disposait selon Appien de 48.000 fantassins, 8.000 cavaliers et 15 éléphants (à comparer aux 26.000 hommes et 21 éléphants que commandait Hannibal à son arrivée en Italie).



La panique régnait à Rome !

Mais la Fortune avait sévit : le messager dépêché par Hasdrubal à son frère fut intercepté par les Romains, qui découvrirent que les armées puniques devaient se retrouver en Ombrie. Une armée consulaire aux ordres de Marcus Livius reçu aussitôt l'ordre d"aller détruire les forces de Hasdrubal, alors que la seconde armée consulaire devait fixer plus au Sud Hannibal. Mais Claudius Nero, à sa tête, ne voyait pas les choses aussi simplement. Il ne laissa devant Hannibal qu'un simple détachement, alors que le gros de ses forces rejoignait l'autre consul, face à Hasdrubal Barca. La rencontre eut lieu sur les rives du Métaure
La mise en place, vue du côté punique : devant la colline sur l'aile gauche, les mercenaires gaulois. Les Espagnols sont sur l'aile droite. En face, les Légions. Les renforts de Nero font face aux Gaulois.

Marius Livius fait face aux carthaginois
  Les légions se mettent en marche...
... et se tournent vers l'aile ibérique
Les éléphants puniques filent vers l'aile droite afin de la renforcer ...
... et affronter la cavalerie romaine
Sur l'autre aile, les Gaulois ont investi la colline, et narguent les forces de Nero
Pendant qu'au centre, les  frondeurs numides affrontent les vélites ...
... les éléphants carthaginois et cavaliers ibériques chargent la cavalerie romaine.
Alors que le combat entre montés se poursuit, les légers espagnols harcèlent la Légion
 Les montés se sont mutuellement annihilés quand débutent les mêlées au centre
  Rapidement les hastati romains sont submergés par les troupes espagnoles ...
... et fléchissent face aux phalanges carthaginoises...
 ...qui, appuyées par la cavalerie, donnent le coup de grâce

Sur notre table, Rome a perdu, encore une fois. La mobilité des Espagnols a su déjouer les manœuvres des Légions, alors que les renforts de Nero sont resté fixés par la menace des Gaulois qui, finalement, sont restés à l'écart.

Hasdrubal pourra donc rejoindre son frère, et rentrer dans la Légende.
Les jours de Rome sont comptés !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire