Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 24 juin 2017

L'insolence du Castor

Le HMS Castor n'avait pas de chance : la frégate britannique de 32 canons était tombée sur la division française de l'amiral Nielly. Le Castor fut capturé, ainsi que 10 navires marchands dont il avait la charge. 

En plein Atlantique, le 06 mai 1794 le Castor reçut donc le pavillon de la jeune République et son nouvel équipage. Sa mission était de patrouiller et de prévenir le gros de la force si des voiles ennemies se présentaient.

Dix-huit jours après sa capture, la frégate saisit un marchand hollandais égaré, la Maria Gertruda. S'étant trop éloigné de l'escadre française, le commandant du Castor décida de faire voile vers Brest, sa prise en remorque.

C'est ainsi que le Castor, ralenti par son encombrante annexe et aux mains d'un équipage de prise inexpérimenté, commença sa traversée d'une zone où grouillait la marine anglaise.

Le 29 mai, la frégate HMS Carysfort est en vue.

Le HMS Carysfort se prépare à intercepter les deux navires au loin
C'est l'ex-HMS Castor, désormais sous pavillon de la République, remorquant la Maria Gertruda
 L'Anglais ne tarde pas à faire feu, sans réel succès
Son ex-compatriote, confiant, poursuit sa route, ajuste son tir...
... et touche
Les deux navires continuent de se rapprocher, le Castor gardant vaille-que vaille sa remorque
Le combat devient épique
L'Anglais doute, panique ; malgré ses nombreux handicaps, le Castor continue son feu nourri
 Le HMS Carysfort voit s'éloigner sa proie pourtant facile...
et tente désespérément d'ajuster sa dernière salve...
... mais il est trop tard : le Castor et sa remorque sont passés

En quelques dizaines de minutes sur notre table de jeu, nous avons pu encore une fois restituer la réalité des faits sur la règle Fighting Sail. Par contre, de l'autre côté de la Manche, on continue de prétendre que le Castor fut capturé et termina sa carrière sous pavillon britannique. La perfidie et la mauvaise foi n'ont pas de limites.

2 commentaires:

  1. Pour moi qui suis péniblement en train d'essayer de peindre quelques navires, je ne peux être qu'admiratif devant les vôtres...vraiment magnifiques!

    RépondreSupprimer
  2. Merci, mais n'exagérons rien : je les ai peints à la truelle.
    Plus que la peinture, ce qui les sauve, c'est le gréement ; du tricotage en fait.

    RépondreSupprimer