Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 16 février 2019

Mystère sur le Penjab

Quand les Britanniques quittèrent l'Inde le 15 août 1947, deux nouveaux états virent le jour : l'Inde, à majorité hindoue, et le Pakistan, musulman, entraînant un exode massif de populations de part et d'autre de la frontière retenue.

Une première guerre indo-pakistanaise se conclut le 31 décembre 1948 avec le partitionnement du Cachemire entre les deux pays. Mais la solution proposée par la médiation de l'ONU est instable, et la guerre reprit de plus belle en 1965.



Notre scénario se déroule le 7 septembre 1965. L'armée de l'air indienne effectue un raid de bombardement sur l'aérodrome de Sargodha, au Penjab pakistanais. Douze Mystère IV sont impliqués, en trois vagues de quatre avions.


Le premier groupe est passé. Intéressons nous au suivant...



Les quatre "Mystère" indiens sont en approche
La cible est en vue 
Mais un F-104 "Starfighter" pakistanais était en maraude
 Bénéficiant d'une vitesse bien supérieure, il se rue sur les agresseurs...
...provoquant une certaine confusion dans les manœuvres des jets de la seconde paire...
...qui finissent par se heurter, fatalement...
...alors que la première paire a délivré ses bombes sur l'aérodrome pakistanais
 Les "Mystère" se séparent, le "Starfighter" choisit sa prochaine proie
Le combat sera un duel à mort
 Le F-104 parvient à se placer dans l'arrière de l'avion indien...
 ...et délivre un missile sur le malheureux, qui l'évite...
 ...et revient sur son agresseur et le rafale, sans effet
Le "Mystère" tente alors de fuir son redoutable adversaire...
...mais ce dernier se replace et finit par abattre l'avion indien au canon.


Dans le monde réel, ce fameux 7 septembre 1965, les deux avions s'étaient neutralisés. Si le pilote pakistanais a pu s'éjecter à la dernière minute, son adversaire, le Squadron Leader Ayamada Bopayya Devayya n'a pas eu cette chance. Il recevra à titre posthume le titre de Maha Vir Chakra (l'une des principales distinctions militaires indiennes) 23 ans après le combat.

dimanche 10 février 2019

Raid sur Wight

Quand Charles V nomme Jean de Vienne, Bourguignon d'origine, amiral de France, son objectif était de doter le royaume d'une marine puissante afin de prendre l'initiative face à l'Anglais. Au printemps 1377, la flotte royale comptait cent vingt navires, dont trente cinq nefs appartenant en propre au roi de France et huit galères castillanes commandées par Don Fernao Sanchez de Tovar. Quatre mille soldats vinrent compléter les effectifs embarqués. Jean put ainsi se lancer dans une campagne de harcèlement au cœur du pays ennemi.

Le 29 juin 1477, le port de Rye dans le Sussex est saccagé et incendié. La flotte s'est ensuite dirigée vers Portsmouth, Dartmouth et Plymouth qui connaissent à leur tour les déboires de la guerre. Début août, Jean rentre à Harfleur, ses hommes ayant achevé leur service rémunéré.

 

Après une courte relâche, la flotte reprend la mer à la mi-août pour soutenir l'attaque du duc de Bourgogne sur Calais, toujours aux mains des Anglais. Mais la tempête détourne les navires de leur route, et la flotte de Jean atteignit l'île de Wight le 21 août. Autant en profiter ! Mais les habitants de l'île et la garnison du château de Carisbrooke ne l'entendaient pas de cette oreille...


Le parti français débarque, rêvant de pillage
Non loin, des villageois poursuivent leurs pacifiques activités...
...alors qu'une colonne de ravitaillement rejoint le château sous bonne escorte





Notre scénario est joué sur la règle Pig Wars de Tod Kershner. Cette petite règle d'escarmouche est parfaite pour retrouver l'esprit de ce type de raids ponctuels avec peu d'effectifs, et dont l'objectif essentiel est de faire du butin.


Les Français se lancent à l'assaut, alertant les insulaires
La garnison anglaise sort du fortin à la rescousse...
...et les archers s’apprêtent à cueillir les envahisseurs
Le premier choc est violent, et le chef de la milice locale rend aussitôt son épée aux Français
Abandonné mais prudent, le convoi quitte la route et longe désormais le bois
Les Français sont juste derrière...
 ...et tombent dessus, taillant la croupe de l'escorte démunie
 Sur l'arrière, un arbalétrier isolé s'offre même un troupeau et la boisson qui va avec
Alors que les soldats sont occupés, les muletiers hâtent le pas vers le château
Les Français sont rapides, et les murailles sont encore trop loin
Malgré leur efficacité, les archers anglais sont désormais contactés, les lignes sont enfoncées 
L'ordre de repli est donné
...et seule une malheureuse mule échappe au pillage systématique auquel s'adonnent les envahisseurs

Jean de Vienne soumet l'ile à rançon, et obtient  1.000 marks pour assurer la protection des derniers habitants de l'île. La flotte, ainsi libérée, fera voile vers Southampton pour de nouvelles aventures.

samedi 2 février 2019

La Vallée de l'Ours

Depuis de nombreuses générations, l'Homme traçait son chemin. Pas à pas, il parvenait à expérimenter de nouvelles techniques, de nouvelles industries, de nouvelles expressions artistiques. Si notre scénario ne s'appuie sur aucun écrit, et pour cause, il est une évocation de ces âges farouches qui nous restent encore à découvrir.


Notre voyage nous porte il y a environ 15.000 ans, quelque part au nord de ces montagnes que nous appelons aujourd'hui Pyrénées. Ici, un grand malheur s'est abattu sur cette petite communauté humaine. Non seulement les stocks de nourriture sont au plus bas, mais le chef de la tribu, Jean-Philippe (les noms de l'article sont fictifs, afin de préserver les familles) est au plus mal. Son statut de guide bien-aimé ne l'a pas gardé de la maladie, et l'art du guérisseur Charles-Hubert est insuffisant. Marie-Odélie, la grande prêtresse, a convoqué les valides. Il faut au plus vite chasser, et quérir les ingrédients nécessaires pour la potion qui doit sauver le chef. La survie de la tribu est compromise.

Mais les dissensions et les ressentiments sont profonds entre les membres du clan, et certains pourraient en profiter pour régler leurs comptes...


Nous jouons sur la règle Palaeo Diet - Eat or be eaten de Ganesha Games. Cette règle d'escarmouche originale permet de jouer des chasses aux temps préhistoriques. Chaque chasseur est activé individuellement, alors que les animaux autours d'eux, qu'ils soient gibiers ou prédateurs, réagissent automatiquement à leur environnement. A ce système de jeu, nous avons ajoutés des cartes d'objectifs, toutes différentes, qui rajoutent un peu de sel à cette cuisine paléolithique.

Nos joueurs disposent donc chacun de quatre chasseurs et d'un chien. Sera déclaré vainqueur celui qui rapportera le plus de nourriture, et qui aura rempli ses objectifs.



Pour l'instant, tout semble calme dans la vallée. Trois mammouths s'abreuvent à la mare, alors que l'on semble deviner un peu plus loin quelques rennes bien pacifiques et appétissants. Les groupes de chasseurs pénètrent dans la vallée. La chasse peut commencer.


Si certains se faufilent discrètement parmi les buisson...
...d'autres se ruent sur les rennes, découvrant qu'un autre prédateur est déjà sur place
Il en est ainsi d'une bande de hyènes, curieuses et téméraires
Les fauves viennent aussitôt menacer les chasseurs, désormais simples proies
Le combat vire au tragique, les chasseurs doivent vendre chèrement leurs peaux
La situation semble plus simple du côté des rennes...
 Même si les prédateurs sont attirés par l'opportunité d'un festin pantagruélique...
...les gros félins sont neutralisés assez rapidement
  Un peu plus loin, un autre groupe s'adonne à l'activité plus pacifique de la cueillette...
 ...dérangeant les hôtes des taillis : sangliers et lagomorphes... 
...aussitôt pourchassées par les humains affamés...
...et cherchant protection auprès de créatures encore plus imposantes
 Alors que les chasseurs débitent leurs victimes, quelles soient rennes ou félins...
 ...d'autres règlent leurs comptes, et n'hésitent pas à assassiner leurs rivaux...
 ...ou les assomment, pour de funestes raisons
Cela déclenche évidemment une bagarre générale, souvent fatale
Les coups pleuvent, chacun se bat pour son honneur, et sa survie
L'odeur du sang attire de nouveaux opportunistes...
 ...dont un ours, désormais seul arbitre de cette vallée semée de nourriture

Les chasseurs survivants ont rapporté des fruits et de la viande, même si c'était principalement de la hyène. Malheureusement, la maladie finira par emporter Jean-Philippe, et le clan doit se choisir un nouveau chef. Mais cela sera une autre histoire...