Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

dimanche 23 avril 2017

Les chariots de Carthage

La gigantesque armée de Hannibal Barca a quitté le territoire des Allobroges, et continue sa marche sur Rome. 


Bientôt les Puniques atteindront les Alpes, mais il faudra encore traverser quelques vallées encaissées, peuplées par des barbares qui pourraient être tentés de s'octroyer un juteux droit de passage.

Le peuple des Tricores domine la vallée du Drac. Patients, les "barbares" ont laissé passer le gros de l'armée d'invasion.

Il est temps d'intervenir, car les derniers chariots se présentent enfin...
 
Les Tricores commandent le franchissement de la rivière, non loin de leur village. Alors que les cavaliers numides ont déjà traversé, le gros de l'arrière-garde punique est encore sur l'autre rive, et déjà sous la menace d'un groupe de cavaliers.


 Les Numides, après avoir contourné un premier groupe ennemi sans trop de difficultés...
...repassent sur l'autre rive pour prendre à revers un second groupe de guerriers embusqués
L'infanterie punique intervient, aidée par les cavaliers ibères et des frondeurs baléares
 Les Tricores, débordés, sont taillés en pièces dans la plaine
Les derniers cavaliers "barbares" sont cueillis par les lanciers puniques
...alors que de l'autre côté, les cavaliers numides continuent de semer la confusion
 La route est réouverte aux Puniques, et les chariots pourront enfin passer


L'attaque du convoi a donc échoué, comme de nombreuses autres embuscades que l'Histoire n'a pas retenues.


Après une nuit de repos bien méritée dans le village tricore, les Carthaginois ont pu compléter leurs bagages avec les quelques bœufs, cochons, et autres esclaves mis gentiment à disposition par les malheureux vaincus.



Désormais, l'armée carthaginoise peut s'attaquer aux Alpes, et, du haut des sommets, défier la puissance de Rome.


jeudi 13 avril 2017

Atlantique Nord, novembre 1939



Sur terre, c'était la "drôle de guerre". En mer se jouait une partie de cache-cache. En cette fin de novembre 1939, les croiseurs de bataille allemands Scharnhorst et Gneisenau faisaient peser une lourde menace sur les lignes de communication des Alliés entre l'Islande et les Féroé. Deux "monstres" étaient à leur poursuite : le Français Dunkerque, et le Britannique HMS Hood.

La rencontre n'a pas eu lieu, du moins avant que nous ne la jouions sur notre table. C'était également pour nous l'opportunité de tester la règle Naval Thunder - Battleship Row sur un scénario rapide à mettre en place, le tout avec des figurines de navires au 1/3000.

Deux silhouettes hostiles s'approchent des "jumeaux"
Les premiers échanges de tirs ne tardent guère
Effectivement, ce sont bien le HMS Hood et le Dunkerque qui viennent au contact
La passerelle du Scharnhorst est atteinte, et un incendie se déclare aussitôt
L'Allemand réplique, et rend la pareille au HMS Hood 
Le croiseur allemand, désormais handicapé, parvient néanmoins à maîtriser l'incendie...
...et pique sur les ennemis, suivi par le Gneisenau
Une nouvelle salve de la batterie principale du Hood atteint sérieusement le Scharnhorst... 
...qui se retrouve sous le feu terrible du Dunkerque, qui l'achève 
Seul survivant, le Gneisenau remonte la file ennemie... 
...et parvient à contourner le Dunkerque, inopérant dans son arc arrière

C'est ainsi que, sur notre table, le Gneisenau réussit à s'échapper, et que le Dunkerque, après avoir coulé le Scharnhorst, put escorter le HMS Hood fortement endommagé.

dimanche 26 mars 2017

Djahy


Ramsès III, fils et successeur de Sethnakht, doit faire face aux nombreux envahisseurs qui menacent l’Égypte. Aux incursions libyennes à l'Ouest s'ajoutent la vague des "peuples de la mer", qui a déjà dévasté l'Empire hittite et le pays de Canaan.

La huitième année du règne de Pharaon (vers -1175), l'armée égyptienne est rassemblée, et se porte devant les forces de ces terribles "hommes du Nord".

De ces peuples, nous ne savons presque rien. Les Égyptiens y comptent diverses nations ou tribus aux origines obscures : les Shekelesh, les Peleset, les Eqwesh, les Teresh, les Denyen, les Lukka, les Weshesh, les Shardanes, les Tjeker...

La rencontre se fait dans un endroit appelé Djahy, quelque part dans le Nord.

Nous jouons cette bataille très ouverte en terme d'interprétation sur la règle L'Art de la Guerre. Les budgets des deux armées sont équilibrées. Petite particularité : chaque groupe de six unités démoralise à deux pertes.

 
Les armées se font face dans une grande plaine, sans véritable relief
 Un escadron de chars légers égyptiens fixe les puissants chars lourds des envahisseurs sur une aile
 Un autre escadron se porte en renfort, paradant devant l'infanterie pressée d'en découdre
Les troupes bigarrées des "peuples de la mer" se rapprochent...
...et tentent de coincer le second escadron ennemi...
...alors que les chars lourds repoussent le premier escadron, insaisissable 
Déjà, l'infanterie égyptienne a raison d'une division d'infanterie moyenne adverse...
 ...dont les survivants sont massacrés par les archers montés sur les chars
 Au centre, les Égyptiens attendent le choc
Si les premiers combats sont équilibrés...
 ...l'avantage revient à l'armée de Pharaon dont les chars ont contourné l'ennemi
L'infanterie égyptienne peut désormais charger, détruisant les divisions adverses l'une après l'autre

La victoire est totale pour Pharaon, et des centaines de nouveaux prisonniers pourront désormais bâtir des monuments à la gloire de Ramsès III et de ses armées face aux terribles hommes du Nord.