Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

vendredi 24 janvier 2020

L'émissaire de Nouvelle-France

La Guerre de Sept Ans fait rage en Europe et dans les colonies.


Au Canada, les espions anglais ont découvert qu'une estafette avait été envoyée par le Marquis de Vaudreuil au roi Louis XV. Le gouverneur général de Nouvelle-France réclamait des renforts afin de reprendre Québec, qui venait de tomber aux mains des Treize Colonies.


Après avoir traversé l'Atlantique, et essuyé une tempête exécrable, l'Utile et l'Amphion, qui transportent l'émissaire, s'approchent enfin de Belle-Isle. Nous sommes le 20 décembre 1759.


Alors que les deux navires se rapprochent de la côte française, des frégates anglaises font leur apparition au loin. Ces dernières patrouillaient au large des côtes du Morbihan après leur victoire à la bataille de Cardinaux.


Aux quatre frégates anglaises s'ajoute le HMS Norwich (vaisseau de 50 canons), qui poursuit les navires français depuis qu'ils ont quitté Louisbourg.



Côté français, le vaisseau L'Intrépide (vaisseau de 74 canons), rescapé de la bataille des cardinaux, est au mouillage devant le Palais, attendant la fin du coup de tabac.


De plus, la Comtesse de Gramont, corvette de 18 canons armée par le corsaire Pierre Dolhonde, se tient prête à embouquer le chenal de la Teignouse pour se porter au secours des arrivants.



L'idée du capitaine de L'Utile est de se porter au plus vite entre Belle-Île et la côte afin de pouvoir bénéficier de la protection des batteries côtières Taillefert, Ramonette et Gros Rocher. Son objectif est de débarquer son émissaire à Saint-Nazaire, afin qu'il puisse rejoindre Versailles au plus vite.


Ce que les vigies des navires français n'avaient pas remarqué, était la présence au sud ouest de l'île d'un sloop anglais, servant d'éclaireur aux frégates.



Le capitaine du HMS Weazle (16 canons), n'écoutant que son courage, et conscient de l'urgence à ralentir les Français, se porte seul, toutes voiles dehors malgré la force du vent, au devant des deux navires français arrivant du Canada.

L'histoire retiendra que ce choix risqué s'avéra payant.






Ne sachant pas sur lequel des deux navires se trouvait l'émissaire, il se porta naturellement devant celui qu'il estimait désarmé.

En effet, l'Utile, flûte de 20 canons, avait pris soin de masquer tous ses sabords afin d'être en mesure de tirer de prêt sa première bordée.

Larguant sa première bordée dans les voiles de l'Utile dès qu'il est assez près, le HMS Weazle fait des dégâts bien au-delà de ce qu'il avait espéré.


L'Utile, en pleines voiles, avec un vent résidu de la tempête de la veille se fait littéralement démâter, ne conservant pour poursuivre sa route qu'un mât endommagé et ses chaloupes !

Le HMS Weazle, ne s'attarde pas pour apprécier le spectacle, et file avec toute la dextérité que lui permet sa petite taille pour éviter le retour de flammes. L'Utile n'a plus de voiles mais a toujours ses canons.



Pendant ce temps, la flottille anglaise s'est rapprochée en maintenant sa formation en ligne de file. Derrière l'Utile, le HMS Norwich (50 canons), qui poursuivait l’émissaire depuis Louisbourg mais avait plus souffert de la tempête, arrive pour profiter de l’éclatante action du Weazle.

La Comtesse de Gramont a fini le franchissement du passage de la Teignouse pour sortir de la baie de Quiberon, et cherche à se rapprocher du Weazle afin d'honorer son contrat.

Enfin, L'Intrépide qui avait appareillé, s’apprête à entrer dans la danse en s'interposant entre la flotte anglaise et sa proie.





De son côté, le corsaire Amphion (50 canons) qui escortait l'Utile, se porte au devant de la ligne anglaise pour laisser le passage à l'émissaire.









S'en suivit une "joyeuse" empoignade, au cours de laquelle l'Amphion tâche tant bien que mal de ralentir la flottille anglaise. Mais à un contre quatre, il n'avait que peu de chances de réussir à les ralentir.

L'Intrépide engagea la conversation avec trois frégates anglaises, laissant passer la première qui fondit sur ce qui restait de l'Utile.



Ce dernier cherchant toujours désespérément à rejoindre la côte au moyen de ses chaloupes qui ne lui donnaient évidemment pas assez de vitesse.

Ayant garder suffisamment d'hommes, il ne se privait pas d'arroser au passage la première frégate anglaise avec ses canons intacts.







L'acharnement de l'équipage de l'Utile ne fut pas récompensé et ne résista plus très longtemps aux assauts répétés des Anglais qui l'obligèrent à rentrer ses couleurs.

On notera au passage qu'à deux contre un, la Comtesse de Gramont subit le même sort et a dû rendre les armes.






Anecdote amusante, tout accaparé par l’hallali sur l'Utile et la Comtesse de Gramont, le HMS Norwich ne réduisit pas sa voilure suffisamment tôt au moment de virer pour éviter la côte et n'eut plus assez d'espace et dû mouiller en urgence pour éviter une embrassade trop violente avec la côte.

Au bilan, l'émissaire n'arriva jamais à Versailles, et la Nouvelle France n'eut pas ses renforts.

Quelques mois plus tard, les treize colonies achevaient la conquête de la quasi totalité de ses territoires.

 

Ce scénario est fictif, bien que ses acteurs auraient tous pu s'y trouver. Il nous a permis de tester les derniers ajustements de la règle Pavillon du Roy, pratiquée par le club pour les batailles de cette époque.

samedi 18 janvier 2020

Un petit village du Vercors




Juin 1944.


Les Alliés ont débarqué en Normandie. La Résistance française multiplie les actions de sabotage, et tente de reprendre le territoire occupé en profitant de la panique générale dans les rangs de l’armée allemande. Le maquis du Vercors n’est pas en reste.




 
L’armée allemande, en réaction aux agissements “terroristes” décide de frapper un grand coup : prendre le contrôle d'un village et mettre un coup d’arrêt aux actions de la Résistance dans le secteur.

C'est ainsi que, le 12 juin 1944 au petit matin, un groupe de Résistants prend position dans ce même village. Son objectif est de tenir le carrefour devant l’église, avant l’arrivée de l’armée allemande. 


Rapidement, les Résistants décident d’investir les maisons désertées avant les combats. Ces positions fortifiées leur donneront un avantage, pensent-ils, devant l’avancée allemande.


Cependant, à l’abri derrière les talus, des soldats allemands observent la manœuvre. Les Résistants sont arrivés trop tard pour surprendre leurs adversaires.


Un groupe tente de longer une haie pour se mettre dans une position avantageuse, mais déjà les Allemands entrent dans la ville. Une rafale de mitrailleuse fauche un Résistant et ébranle le groupe de combattants.


L’armée allemande est aux portes de la ville et commence son assaut. Équipées de mitrailleuses légères, les unités allemandes ont une très forte puissance de feu.


Une MG42 sur trépied prend position à l’angle d’un bâtiment pour venir frapper les fenêtres d'où s’échappent les tirs des partisans.


Un groupe de Résistants prend pied dans le cimetière de la ville et arrose un bâtiment dans lequel une section allemande s’est retranchée.


Les Allemands pénètrent dans les bâtiments inoccupés autour du carrefour et éliminent les poches de résistance les unes après les autres.


Dernier fait d’arme de la résistance cette journée-là, la mise en déroute d’une unité allemande qui tentait une traversée à découvert.


Devant l’avancée de la Wehrmacht, la Résistance cède. Sur les quatre groupes initiaux ayant pris position dans le village, un seul est encore opérationnel. C’est un échec cuisant pour les forces françaises et le village restera aux mains des Allemands… pour peu de temps encore.


vendredi 17 janvier 2020

Le vol du B-29

Novembre 1950.

Un  B-29 Superfortress rentre d’une mission de reconnaissance des positions défensives autour des ponts sur la rivière Yalu. Sur le chemin du retour, elle est escortée par deux patrouilles de F-86 Sabre.


Alertés par leurs radars, les Nord-Coréens et leurs alliés russes font décoller en urgence leurs Mig. Les chasseurs à réactions aux ailes en flèche se précipitent à la rencontre des Américains.


Alors qu’une paire de Mig-15, pilotés par deux vétérans russes, monte à la rencontre de la Superforteresse et de son escorte, une demi-douzaine de chasseurs coréens arrive dans le soleil des Américains.

Ces derniers sont rapidement repérés mais la vitesse supersonique des jets ne laisse pas le temps au bombardier pour tenter une manœuvre d’éviter. Les pilotes russes utilisent leur manœuvre favorite et effectuent une passe frontale sur le bombardier. A très courte distance, les canons russes font mouche et un panache de fumée commence à s’échapper d’un des moteurs du bombardier.


Celui-ci voit sa vitesse se réduire très vite et il se retrouve à la merci des Mig qui lui tournent autour comme une nuée d’abeilles autour d’un pot de miel.

Son escorte, prise totalement au dépourvu, a d’abord manœuvré pour éviter les Coréens et commence seulement à revenir pour protéger le lourd quadrimoteur.


Les mitrailleurs du bombardier ne sont pas manchots, et les Nord-Coréens s’en rendent rapidement compte. Coup sur coup, deux chasseurs sont touchés et les débris de l’un des Mig-15 viennent s’engouffrer dans le réacteur de son ailier qui explose en vol !


Un second pilote coréen est descendu à son tour par les mitrailleurs du B-29 lors d’une tentative de passe frontale.



Un des Sabre est abattu à son tour alors qu’il tentait de protéger la Superforteresse qui continue à résister, contre vents et marées à tous les assauts des Coréens !


Enragés par la résistance de cet adversaire qui semble indestructible, les pilotes coréens se jettent alors à l’abordage. Une première collision entre un des Mig-15 et le quadrimoteur se solde par des dégâts sans conséquence grâce à l’habileté du pilote américain,


mais un second monoplace vient heurter de plein fouet le bombardier, déjà endommagé, qui explose alors en plein vol, sans que son escorte puisse faire quoi que ce soit !

La mission d’interception est un succès pour les rapides chasseurs russes, alors que l’USAF doit rayer un autre de ses bombardiers de la liste de ses avions opérationnels…