Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

mardi 23 février 2016

1798 - Combat de L'Iroise


Vaisseau de 74 canons, du même type que l'Hercule

Pendant son voyage inaugural le 21 avril 1798, seulement 24 heures après avoir quitté Brest, l'Hercule, vaisseau français de 74 canons flambant neuf est pris à partie par une flotte anglaise patrouillant devant Brest.

Le combat débute à la Pointe du Raz, où l'Hercule est pris en chasse par le HMS Mars.




Le développement historique a été modifié en faisant durer cette poursuite jusqu'en Iroise, où les deux camps ont été rejoints par des renforts. Les règles utilisées sont celles du "Pavillon du Roy (c)".

Ce scénario fait la part belle aux batteries côtières de la mer d'Iroise qui depuis Vauban empêchent tout débarquement ayant pour vocation de reprendre le contrôle des batteries par la terre.
La zone de bataille simulée est dessinée en rouge sur la carte

La bataille débute alors que l'Hercule a pratiquement fini de franchir le chenal du Toulinguet sous la protection de la batterie éponyme, poursuivi par le HMS Mars avec qui il échange des tirs de pièces de chasse et de retraite sans grand effet.
Le HMS Mars n'est pas loin derrière et commence à essuyer les tirs de la batterie côtière. Il subit des dégâts mineurs.
Peu de temps après le franchissement des deux vaisseaux, leurs manœuvres permettent que le combat s'engage. Au cours de ce dernier, l'Hercule ajustera un tir bien à propos avec des boulets ramés alors que son adversaire a encore toute sa voilure dehors pour se rapprocher.

Le résultat est sans appel : il ne reste plus qu'un seul mât au Mars !
Plus au Nord en mer d'Iroise, une partie de la flotte anglaise accourt pour soutenir le Mars : le HMS Jason (frégate de 32 canons) et le HMS Ramillies (vaisseau de 74 canons).

Ces deux vaisseaux on sous-estimé la puissance de feu du fort de Bertheaume, et le Jason va le découvrir à ses dépends et perdre une partie de sa mâture.
Côté français, les renforts appareillent.

Le vaisseau Le Hasard (64 canons) passe le goulet par le passe nord en jusant, ce qui l'aide bien alors que le vent est de suroît. Il passe ici entre le fort du Mengant et les batteries de Cornouailles et de Beaufort.
La Loire (frégate de 44 canons) appareille du mouillage de Camaret en quittant la protection de la tour et des batteries de l'anse de Camaret et de la pointe du Tremet.
Au large, le combat continue. L'Hercule parvient à prendre le Mars en enfilade, profitant d'une erreur de manœuvre de son capitaine. Les deux autres vaisseaux anglais arrivent en position pour l'engager, mais vont être cueillis par les renforts français.
La Loire engage le combat avec le Jason en position telle que le Ramillies ne peut intervenir.
Le Hasard entrera ensuite dans la mêlée et les bateaux anglais seront très endommagés, au point de ne pouvoir achever l'Hercule avant qu'il atteigne les positions des batteries du goulet. De son côté, l'Hercule rentrera à Brest remorqué et sans mâture.

On peut parler d'une victoire en demi-teinte française, les vaisseaux anglais ayant été rendus inaptes au combat pour un certain temps.

Historiquement, le combat n'eut lieu qu'au niveau de la Pointe du Raz et fut un duel entre l'Hercule et le HMS Mars. L'Hercule, avec un équipage peu expérimenté, a rendu les armes et le vaisseau fut capturé pour commencer une carrière sous les couleurs britanniques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire