Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 29 septembre 2018

Assaut sur Guadalcanal

Cette partie est la première de la campagne Check your six! « The Cactus Air Force » qui relate les combats aériens au-dessus de l’aéroport de Henderson Field en août 1942. Dans cette campagne, l'objectif du joueur japonais sera de réduire au maximum les capacités aériennes du joueur américain. Celui-ci devra faire en sorte de conserver ses avions et d’empêcher les débarquements japonais qui amènent des troupes sur Guadalcanal pour reprendre l’île.

En juin 1942, l’avancée des forces japonaises dans le Pacifique a été stoppée par les Américains lors de la bataille de Midway. A cette occasion, la marine japonaise a perdu quatre de ses porte-avions, une perte qui ne pourra jamais être remplacée. La marche victorieuse de l’Empire du Soleil Levant est contrariée, et l’expansion en direction de l’Australie brutalement arrêtée.



Profitant de ce coup d’arrêt, les marines américains réalisent un coup de force contre la base avancée japonaise sur l’île de Guadalcanal, sur laquelle un aéroport était en cours de construction. Les marines débarquent dans la nuit du 6 au 7 août 1942 et s’emparent de l’île après des combats acharnés. Mais la force de débarquement reste isolée, la flotte américaine s’étant retirée car trop exposée aux attaques aériennes japonaises. Les quelques marines sur place et le corps des ingénieurs US achèvent néanmoins rapidement la piste d’atterrissage commencée par les Japonais, en utilisant le matériel laissé sur place. La piste d’Henderson Field, du nom d’un pilote américain tué à la bataille de Midway, est ainsi rapidement aménagée. 


Le 20 août 1942, les premiers Wildcat de la VMF 223 ont atterri à Henderson Field pour sécuriser la zone. Ils arrivent sur l’île sans stock de pièces détachées, et l’équipe de mécaniciens n’a pas encore débarqué. De plus, le major John Smith, commandant la VMF 223, a sous ses ordres un bon nombre de pilotes novices, enthousiastes mais sans expérience du combat aérien.

Dès le lendemain, le commandant Smith décide de faire décoller une patrouille pour entraîner ses jeunes pilotes. Les ordres sont de faire attention aux appareils : à l’heure actuelle, seul le ravitaillement est possible, on ne peut même pas réparer un pneu crevé !

Quatre F4F s’envolent donc pour patrouiller au-dessus du Pacifique. Smith a fort à faire pour calmer les ardeurs de ses pilotes désireux de rechercher les ennemis.



Tout d’un coup, sortant des nuages, surgit une patrouille de Zeros menés par le lieutenant Ayosi. Celui-ci, au retour d’une mission d’escorte de bombardiers a décidé de survoler les îles Salomon à la recherche de chasseurs américains, en totale désobéissance aux ordres de son officier supérieur. Lui aussi veut se confronter à l’ennemi !

Les deux patrouilles ne font pas dans la finesse, avec une majorité de fous furieux aux commandes, et foncent droit l’une vers l’autre, cherchant le choc frontal.



Les mitrailleuses américaines et les canons japonais crachent le feu. Deux avions explosent en plein vol !



Après cette première rafale destructrice, les pilotes survivants essaient de se remettre dans le sens de la marche et un combat tournoyant s’engage.



Les avions se croisent et se recroisent, mais à ce jeu, les Zero sont plus maniables…



Smith avait bien dit au briefing : «en cas de rencontre avec les Zero, jamais de combat tournoyant !»
 

Certains n’ont pas bien écouté, et le lieutenant Ayosi se retrouve juste derrière un F4F en sortie de virage…


Le deuxième Wildcat de la journée à partir à l’eau !


Après moins de deux minutes de combat, les protagonistes sentent qu’il est plus que temps de se séparer. Les Japonais sont presque à court de carburant et il reste encore plus de 900 km à faire au-dessus du Pacifique pour rejoindre Rabaul, leur base la plus proche.


Ayosi est heureux : il a désobéi mais il a ouvert son tableau de chasse. Ses ancêtres seront fiers de lui ! Il ne se doute pas qu’il sera mis à pied en rentrant, son commandant n’ayant pas apprécié son attitude !

Quant à Smith, il rentre de mauvaise humeur. Deux avions de perdus pour une première sortie, tout ça parce que cette foutue bleusaille indisciplinée n’écoute pas les ordres ! Il va devoir être encore plus vigilant dans les jours qui viennent, les Japonais sont de plus en plus pressants. Heureusement que des renforts sont attendus : les P-400 du 67th Pursuit Squadron devraient arriver sous peu. Smith espère ainsi rétablir l’équilibre des forces.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire