Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 9 mai 2020

Pelousion, -321


Il fallait faire vite. Les autres Diadoques s'étaient levés contre lui, Perdiccas, qui avait reçu d'Alexandre agonisant l'anneau royal. Afin de maintenir l'unité de l'empire du Conquérant, Le chiliarque pris la route de l'Égypte avec l'armée royale pour en finir avec Ptolémée, celui-là même qui s'était emparé de la dépouille d'Alexandre.

L'armée royale se présenta sur les rives du Nil, non loin de Pelousion (Péluse, située à l’extrémité nord-est du delta). Ptolémée l'y attendait avec ses 8.000 hommes.

Pour ce nouveau scénario, joué par correspondance, nous utilisons deux armées issues de la liste "Alexandre impérial" (DBA II-15), en jouant uniquement sur des subtilités d'options :
Perdiccas   Général 3KN + 1x 3KN + 1x 2LH + 6x 4PK + 1x EL + 2x 2PS
Ptolémée    Général 3KN + 1x 3KN + 1x 2LH + 6x 4PK + 1x EL + 1x 4AX + 1x 2PS



 
La mise en place est évidemment adaptée au scénario, et ne respecte pas le cadre strict de la règle DBA. Les armées sont rapprochées afin d'assurer un contact plus rapide, les éléments de terrains sont minimalistes (et infranchissables).

Ptolémée, en bleu, attend patiemment devant son camp l'envahisseur.

L'armée de Perdiccas, ici en rouge, est déployée loin de son bagage, qui constitue un objectif : si Ptolémée le capture, les hommes de Perdiccas devront capituler dans le désert. Perdiccas commence...

 

Lors des deux premiers tours, les armées se rapprochent. Ptolémée détache sa cavalerie légère, et la tient légèrement en retrait de sa ligne principale. Sur la gauche, il réserve aussi son éléphant et son escorte.

De l'autre côté, Perdiccas, accompagné de son autre unité de chevaliers, s'écarte pour contourner l'éléphant ennemi. Sur l'autre aile, une unité d'auxiliaires ferme le passage aux cavaliers légers de Ptolémée. Les phalanges sont face à face.

Et c'est Ptolémée qui charge !

Ptolémée, à droite, repousse son adversaire, mais les chevaliers qui l'accompagnaient ont été détruits, et l'éléphant ennemi a écrasé des phalangistes bien trop téméraires

 Alors que le centre s'étripe, des chevaliers de Perdiccas viennent chatouiller l'éléphant ptolémaïque

Ptolémée continue de harceler les cavaliers légers de Perdiccas, et se rapproche des bagages

L'escorte de l'éléphant de Ptolémée est massacrée par les chevaliers adverses

Sur l'autre aile, les cavaliers légers de Ptolémée triomphent de la soldatesque ennemie

Mais au centre, c'est le massacre, et deux unités de piquiers ptolémaïques disparaissent...

...ainsi que l'éléphant, égorgé, dit-on, par le glaive de Perdiccas

Perdiccas triomphait, et s’apprêtait à franchir le fleuve sacré pour sanctionner, doux euphémisme, le lâche Ptolémée qui s'était enfuit. Mais l'Histoire ne l'entendait pas ainsi, et Perdiccas fut assassiné dans sa tente par Séleucos, son maître de cavalerie, Antigènes, le chef des Argyraspides et Peithon, le satrape de Médie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire