Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

dimanche 3 juin 2018

Débarquement en Mysie

De vieilles rancœurs rythmaient les relations conflictuelles entre cités anatoliennes et ioniennes. Plus tard, les Grecs expliqueront que c'est l'enlèvement de l'épouse du roi de Sparte Ménélas, par le prince troyen Pâris qui déclencha les hostilités. Dès lors, tous les rois de Grèce, liés par le serment de Tyndare, s'unirent pour la libérer, le temps de se préparer et de se mettre en route...


Leur flotte débarqua deux ans après l'enlèvement d'Hélène au nord d'Illion. Prévenu de la présence d'opportuns sur ses terres, le roi de Mysie Télèphe décida de les rejeter à la mer.

Nous allons donc confronter la légende à la réalité de notre table de jeu.

Nous utilisons le format DBA pour cette rencontre. Chaque joueur dispose de douze plaquettes, déployées sur un plateau de 60 cm sur 60. Au premier plan, les "Grecs" protègent leur campement de l'armée mysienne qui doit s'en emparer pour remporter la victoire, à moins que l'un des deux camps ne parviennent à défaire le général adverse ou à prendre quatre plaquettes, ce qui entrainera la déroute de l'armée ennemie.

Le roi des "Grecs" dans son char

Ce petit scénario se prête très bien à l'initiation du jeu d'Histoire avec figurines. Nous utilisons le système "Mini-bataille terrestre" décrit sur ce blog.

Laissant sur place leur propre infanterie, les chariots asiatiques chargent les envahisseurs
Le choc est immédiat et violent...
...mais les forces sont équilibrées, les Myséens sont repoussés
Les piquiers grecs en profitent pour renforcer une aile
Un premier char asiatique est détruit, mais rien n'est encore joué
Bien que pris sur leurs flancs et isolés, les chars myséens poursuivent héroïquement le combat...
...repoussent leurs ennemis, et finissent par faire périr le général "grec" totalement débordé

L'invasion est repoussée. Les "Grecs" mettront huit années avant de tenter à nouveau de débarquer en Asie et punir l'orgueilleuse cité de Troie. Mais cela, c'est une autre histoire...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire