Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

samedi 28 juillet 2018

De Batz à Bréhat, le 8 juin 1944


 

Malgré la menace permanente de l'aviation alliée, la marine allemande a rassemblé à Brest les derniers navires de la 8ème flottille. Elle comprend les Zerstörer Z-32, Z-24, ZH-1 (ex torpilleur néerlandais Gerard Callenburgh), renforcés du T24, ultime survivant de la 4ème flottille de torpilleurs.

Les navires prennent la mer le 8 juin, afin de rallier Cherbourg au plus vite en s’attaquant aux forces d’interception enne­mies rencontrées.



La Royal Navy connait l'intention des Allemands, et dépêche la 10ème flottille de destroyers afin d'intercepter les Zerstörer. La flotte alliée compte 4 navires britanniques, 2 canadiens et 2 polonais, et est articulée en deux divisions :
- 19ème division : HMS Tartar, HMS Ashanti, HMCS Haida, HMCS Huron ;
- 20ème division : ORP Blyskawica, HMS Eskimo, HMS Javelin, ORP Piorun.






Le 8 juin, un Liberator du 547sqn repère les navires allemands au large de l'île d'Ouessant à 22H27. L'avion confirme leur entrée dans la Manche.


Les deux forces sont au contact à 01H00 du matin, à 30 nautiques au nord-ouest de l'île de Batz, et engagent aussitôt le combat. Nous jouons sur la règle Naval Thunder.


Le groupe du HMS Tartar tente de rabattre les Allemands vers la 20ème division
... mais la route des "Zerstörer" ne fléchit pas...
...et les tirs allemands encadrent le Blyskawica en tête de la 20ème division plus au sud

Le malheureux destroyer polonais ne survivra pas, et la 20ème division semble hésiter. En fait, les Allemands doivent absolument passer, en infligeant le plus de dégâts à leurs adversaires deux fois plus nombreux. Ils ont également la possibilité de se réfugier du côté sud de la table, où ils peuvent se réfugier à l'abri des nombreux îlots ou dans les estuaires.

Les Alliés ont plus de libertés. En ce mois de juin 1944, ils ont la supériorité aérienne et maritime sur la Manche. Leur objectif est de détruire l'adversaire. Mais il faut faire vite : tous ces navires sont fortement armés et surtout peu blindés. Les coups au buts sont généralement létaux.

Les Allemands choisissent donc de se concentrer sur la 19ème division menée par le HMS Tartar
Le HMS Tartar est touché, les artilleurs allemands ajustent leurs tirs sur les navires suivants
Les Alliés ne sont pas en reste, et seul le T-24 n'est pas blessé, pour l'instant
Le HMS Tartar a explosé ; les navires de la 20ème division se ruent pour l'hallali
Ne reste plus que le Z-32, mais son destin est déjà scellé

Sur notre table, le Z-32 a sombré quelque part du côté des Triagoz, entre les îles de Batz et de Bréhat. Une fin qui n'est pas sans rappeler l'épilogue historique de cette funeste rencontre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire